Après quelques années où la demande de traitement pour la dépendance de l'héroïne avait nettement diminué, celle-ci redevient un motif fréquent de consultation. La forme de consommation la plus habituelle à notre époque est sniffée ou fumée. Cela explique que beaucoup de familles, croyant erronément que celle-ci se fait par voie intraveineuse, ne détectent pas le problème. Contrairement à beaucoup de centres créés durant ces dernières années, et qui n'ont pas d'expérience dans ce genre d'addiction, et de ce fait, refusent de traiter ce type de patients, nous autres possédons un savoir-faire dans le traitement de ces malades. Une désintoxication bien menée contrôle d'une manière efficace la symptomatologie physique et réduit de ce fait la souffrance et l'angoisse, permettant ainsi aux patients de surmonter la peur qu'ils éprouvent au moment d'initier le traitement.